Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 06:54
Photographies Cécile Durand


Mon chat et moi, nous nous chamaillons. Pour des questions d'histoire. Vexé de ce que je ne l'ai pas pris à l'Académie, il est allé voir du côté de la Société historique, une association voisine et néanmoins rivale.
- Que vas-tu faire là-bas? Tu n'as rien à leur apporter et rien à y prendre.
- Et mes contes alors? Je suis sûr qu'il n'en ont pas de pareils.
- Les historiens n'ont rien à faire de tes contes. Ils ne vivent que de rapines.
- De rapines?
- Je veux dire de ce qu'ils trouvent : un registre, une cahier de délibérations, un plan d'architecte...
- Et des contes
- Non, de tes contes ils disent que ce sont des contes à dormir debout et leur président est sévère. Il n'admet que la vérité révélée par lui-même en sa qualité de référence indiscutable. Sors donc de sur cette bibliothèque où tu n'as rien à faire. Ecoutes-moi bien.
Tes histoires - à supposer qu'elles soient véridiques, ont de la chair. Leurs trouvailles sont des épaves tout juste dignes de pilleurs d'épaves - à condition de n'être pas devancés par les douaniers qui ont une fâcheuses tendance à se les approprier.
- J'irai en chercher dans les vide-greniers ou dans les entrepôts des douanes quand ils font des enchères publiques".
Mon chat boudait.
"J'écrirai des archives.
Tant que tu es vivant ce ne sont pas des archives, ce sont des mémoires. Autrement tu est un faussaire.
- Tu en connais, toi des faussaires?
- Vrain Lucas qui a écrit en français la lettre de Jésus à sa mère, les découvreurs qui ont accumulé des tessons de bouteille, les antiquaires qui vendent les chapeaux de Napoléon petit, moyen et grand..;
- çà m'irait bien d'être faussaire.
- Ne dit pas çà, malheureux, tu vas te faire éjecter de la Société.
- Et le vase de Soissons, t'en fais quoi?
Mon chat cherchait à tout prix une bouée de sauvetage. On sentait bien qu'il voulait exister. Avec ses sept vies, ses connaissances antérieures, il pensait pouvoir faire l'histoire. Il comptait sans son Président.
Un historien, ça met de la chair. Prends modèle sur Taine, Fustel de Coulanges, Michelet.
- Ce sont de vieilles lunes tout ça".
Mon  chat voulait être historien et moderne à la fois.
"J'ai bien vu l'autre jour, quand tu lisais Théophile de Viau, ce qu'il en dit. Je lisais par-dessus ton épaule :
"Tout le soucy de leur étude
N'est qu'une sotte vanité
A donner une incertitude
Sous couleur de vérité"

Oui mais toi, ce n'est pas une incertitude, c'est de la fantaisie
- Si je te raconte la véritable histoire du divorce de Riquet à la Houppe ou  de la guerre où j'accompagnai Pichrocole quand il s'est emparé du Bordelais, tu me prends à l'Académie?
- On verra.
Offusqué de tant d'incertitudes, mon chat est parti, la queue en l'air, comme un point d'exclamation fortement ponctué.
Partager cet article
Repost0

commentaires

J
J'ai cliqué sur le lien chez Quichottine et j'ai bien fait...
Ces chat-mailleries sont mes premiers sourirs du matin merci Charles, je poursuis ma petite excursion, le chat va m'indiquer le chemin ;-)
Répondre
Q
Roland était sur ce billet et j'aime bien ce qu'il avait dit en réponse à votre écrit.

Les historiens ont leurs repères et parfois ils se trompent.
Les contes sont faits pour dire l'inexpliqué et pour faire réfléchir aussi.

Les contes d'autrefois ont certainement perdu pour nous une partie de leur contenu. Ceux d'aujourd'hui ne font pas toujours rêver.

Mais je pense qu'ils sont une façon de pouvoir dire sans censure, comme monsieur de La Fontaine autrefois.

Vous savez, "toute ressemblance avec une personne ayant existé"... Cela me fait toujours rire. Je me dis que la personne en question n'est jamais bien loin.
Répondre
C
Bonne cuisine aussi.
Répondre
C
Merci
Répondre
F
Bonsoir Charles, ce cher matou n'a pas la même formation que son maître, mais c'est bien qu'il fasse part de son opinion. Petit chat devient grand, il va en retenir des leçons et apprendre toutes les ficelles. Grâce à son maître et à qui je souhaite une bonne et douce nuit. Oui à toi aussi beau petit chat. Continues de sortir tes griffes et ce, pour notre plus grand plaisir...
Répondre