Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 06:18
Mon chat m'a amené un témoin irréfutable : le propre chat de Cendrillon.
- Ce jour là, dit-il, à peine Cendrillon eût-elle allumé le feu dans la cheminée pour que je me chauffe (c'était très tôt le matin) que de grands coups furent cognés sur la porte.
- Qui va là?
-L'inspecteur du fisc.
- Ma mère n'est pas réveillée. Pouvez-vous repasser?
-Vous êtes bien Cendrillon? Ouvrez ! C'est vous que je veux voir.
La pauvre petite, qui n'avait jamais reçu un homme se mit en trembler. Elle n'en ouvrit pas moins la porte.
- Asseyez-vous, Monsieur. Voulez-vous boire?
- C'était de la corruption caractérisée. Heureusement qu'il n'en tint aucun compte.
Elle tournait comme un un toton tant elle était inquiète.
Je regardais intensément ce qui allait se passer, prêt à intervenir.
- Asseyez-vous donc pendant que je parle!
La pauvre fille n'en menait pas large, se demandant s'il était convenable de rester seule avec un Monsieur.
Elle s'aperçut bien vite qu'il n'en voulait qu'à ses revenus.
- Combien gagnez-vous?
- Rien, Monsieur l'Inspecteur. Je fais partie de ces esclaves familiales non rénumérées qui fleurissent en ce pays-ci.
- Des témoins nous ont dit que vous dansiez toutes les nuits dans une boîte chic où l'on vous a vue. Vous aviez des chaussures de vair.
Le fisc se sert beaucoup des chaussures pour connaître le niveau de vie des gens, pas de châteaux (tous à restaurer) ni de yachts (souvent de location) ni d'avions (qualifiés de soutien à l'industrie aéronautique), rien que de chaussures et de montres mais Cendrillon n'avait pas de montre, fût-ce de luxe, sans quoi, en fille pauvre et timide, elle fût rentrée à l'heure.
- C'est ma marraine, vous comprenez, Monsieur l'Inspecteur. Elle est fée et. m'a fournie en carrosse et en habits.
Les inspecteurs du fisc ne croient pas aux fées ni aux marraines (ils craignent toujours un détournement d'héritage). Celui-ci n'en finissait pas de "cuisiner" la pauvre Cendrillon quand arrivèrent ses soeurs (elles sont toujours ensemble).
- Que faites-vous, Cucendron, à parler à des étrangers au lieu de travailler !
C'est alors que l'Inspecteur s'en prit à elles.
- Où est la chaussure?
- Quelle chaussure?
- Ne jouez pas les idiotes !
- Cette chassure dépareillée? C'est pour ça que vous êtes venu dit l'aînée avec mépris et, pour être libérées de ce garçon beau mais grincheux elles livrèrent l'objet du délit.

- Comment ça s'est terminé?
- Le plus simplement du monde. Un paparrazzi qui avait photographié Cendrillon en guenilles devant l'âtre et fait pleurer les chaumières sur cette photo entreprit une pétition monstre suivie d'une manifestation de même. Elle, de son côté, fit appel au Palais où résidait son amoureux. Deux précautions valent mieux qu'une. Courageuse, mais pas téméraire, l'administration a préféré reculer.
- Et toi, tu n'as rien fait?
- J'étais sidéré par l'Inspecteur et j'avais peur qu'il ressorte une vieille affaire de traffic de peaux de chat que j'avais fait en Suisse, qui m'avaient été payées en argent suisse, dans une banque suisse.
- Tu as fait ça, toi?
- Il fallait bien que je lui paye ses robes de bal à la gamine, d'autant plus qu'elle m'abandonnait ses chevaux redevenus souris après minuit. Si tu voyait comme elle était belle, alors, sur sa citrouille, belle et désespérée.
Et notre chat-témoin s'enfonçait dans la nuit de sa démarche de chat des murailles, à longues foulées souples.
Les photographies sont de Régine Rosenthal.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Q
Ne m'en veuillez pas, je viens d'éclater de rire !

Vous êtes quelqu'un de génial, et je vais, dès que possible, commander vos écrits.
Si tous sont de cet acabit, ce sera un régal.

Cendrillon et son contrôle fiscal, je n'y aurais pas pensé, mais je m'y attendait, vu le titre de ce jour, par contre, Monsieur Chat en trafiquant de peaux... non, pas vraiment.

Merci pour ce rire.

(... et puis... j'aime ces images qui, de billet en billet, trouvent une nouvelle interprétation. Quel bonheur !)
Répondre
K
nous sommes dans les contes...
Répondre
M
ils ont de très beaux yeux.....à+
Répondre
M
Intéressante nouvelle version du conte
Répondre
S
Bonjour,
je confirme : un réel plaisir.
Bonne journée.
Répondre